Après 19 jours et 19 nuits de mer, il attaque toujours et encore tout en veillant aux grains (au sens propre), particulièrement virulents à l’approche de l’arc antillais.

Loïc devrait arriver à proximité des côtes guadeloupéennes demain matin, ensuite, il lui restera les fameux 50 milles à négocier dans le dévent de l’île papillon. Une fin de parcours souvent laborieuse qui se joue dans de très petits airs… pour une arrivée à l’heure du goûter, ou de l’apéro !

Message du bord reçu hier

Grosse galère avant-hier avec les grains antillais. Le premier a été bien sympa pour se laver, les suivants ont été très, très, ennuyeux ! Il n’y avait plus de vent, mais encore beaucoup de mer : très compliqué de faire de la vitesse… ça a duré une grosse partie de l’après-midi avant que le vent ne revienne.

J’avais oublié ce petit détail antillais qui se révèle parfois viril ! Hier soir il a fallu passer sous petit spi et prendre un ris en catastrophe sous un gros grain…

Du coup, pour pouvoir dormir, j’ai mis le petit spi et ça a pas mal fonctionné. Les vagues sont encore bien présentes, donc je suis resté sous petit spi pour faire route directe vers la Guadeloupe.

 Je vais commencer à regarder de près comment appréhender le tour de la Guadeloupe… Je serai sur la ligne d’arrivée samedi, mais à quelle heure ? Faites vos jeux ! 

Photo soleil couchant bateau Tibco
Soleil couchant 22 novembre 2018