Devant son étrave, plus de grandes options stratégiques, l’alizé semble établi pour les jours à venir. Ce flux porteur est en revanche ponctué de grains et, plus Loïc s’approchera de l’arc antillais, plus ces grains pourraient être marqués. La vigilance reste donc de mise, car sous ces masses nuageuses, le vent peut grimper brutalement en changeant de direction.

Cette dernière longue ligne droite de quelque 1300 milles (2400 km), soit environ 4 à 5 jours de course, ne sera donc sans doute pas très rectiligne !

Auteure : Catherine Ecarlat

Image classementde Loïc Fequet