A la recherche d’un modèle de facturation vertueux !

Les modèles classiques basés sur la facturation d’unités d’œuvre génèrent souvent des conflits d’intérêt entre clients et prestataires. D’un côté un client qui cherche à réduire ses coûts et de l’autre un prestataire qui cherche à générer un chiffre d’affaires plus important.

Par exemple sur une prestation de helpdesk facturée au ticket, le prestataire espère avoir un grand nombre de tickets à facturer, alors que pour le client « le moins de tickets possible » est positif et reflète un système d’information, adapté, efficace et répondant aux attentes des utilisateurs.

Notre approche TCO permet d’obtenir un modèle de facturation où les intérêts convergent pour chercher les axes d’optimisation et avoir des coûts proches du prix plancher. La clé consiste à définir un modèle équilibré et gagnant / gagnant (le client diminue ses coûts et le prestataire améliore ses marges) ou perdant / perdant (le client augmente ses coûts et les marges du prestataire sont considérablement réduites). Les axes d’optimisation qui permettent d’obtenir le modèle gagnant / gagnant ont été clairement identifiés dans le cadre du TCO, ceux-ci sont appelés indices de performance, nous en reparlerons dans un prochain article.

On ne gère bien que ce que l’on mesure bien !

Connaitre la composition de son patrimoine informatique est essentiel à une bonne maîtrise des coûts.
La gestion des actifs est un problème récurrent, la tâche est complexe certes, mais l’enjeu en vaut la peine. Beaucoup d’entreprises sont en échec sur ce point, pourtant la volonté y est. Elles engagent bien des budgets pour réaliser des inventaires, mais au bout de quelques mois la base d’inventaire est complètement décorrélée de la réalité et donc inutilisable.

Tout est question de méthode et de rigueur, la gestion de parc est d’abord un processus de contrôle implacable qui ne supporte pas l’approximation. Tout effort mérite récompense, là aussi il y a une clé, si l’usage de la gestion des actifs met en avant les bénéfices que l’on peut en tirer, alors les différents acteurs seront motivés à l’atteinte des résultats.

Anticiper, anticiper et toujours anticiper…

dominique-boulayUn des principes de l’approche TCO est de définir un référentiel budgétaire stable sur plusieurs années à ISO périmètre, ce référentiel prend en compte le cycle de vie complet des infrastructures et intègre les phases d’investissement, de déploiement, d’exploitation puis de retrait.

Bien piloter ses infrastructures distribuées consiste donc à anticiper les projets et faire les bons choix aux bons moments en prenant en compte de nombreux facteurs comme la vétusté, la fiabilité, les sauts technologiques … Avoir la possibilité d’imaginer et de simuler différents scénarios d’évolution et d’anticiper les impacts sur les coûts est indispensable à une bonne prise de décision.

La gestion proactive est elle aussi une clé, le tableau de bord de l’infogérance TCO (TCOVIEW) que nous mettons en œuvre est au départ un puissant outil qui facilite la communication et dynamise la réflexion. Il permet une analyse détaillée des différents inducteurs de coûts, de leurs évolutions et permet des projections sur plusieurs années.

Article rédigé par Dominique BOULAY –  Directeur d’Activité Infogérance

Pour aller plus loin, consultez les autres articles de la série :